Timeless

Timeless (Intemporel), photographe artistique Urbex, Wil Westerweel, Zwolle, NL, 100 x 100 cm. Acheté à l’exposition ‘De schoonheid van het verval’ (La beauté du déclin), juillet 12 – septembre 2016, au château de Zeist.

Timeless

Wil Westerweel gsm: 06 37469218,  e-mail: wwesterweel@hotmail.com, website: wilwesterweelfotografie.nl.

La photographie Urbex connait un émergence forte. C’est le spécialisme de Wil Westerweel. En tout il visitait å peu près 450 localités nationales et à l’étranger pour faire ses clichés. Souvent des bâtiments abandonnés, dont le déclin c’est manifesté entretemps, des fabriques ou des hangars, mais aussi des épaves d’automobiles dans un champ ou une locomotive prêt pour la démolition. Il s’agit pour lui de faire cette photographie spécifique unique. Entrer un terrain défendu, nommé les « forbidden places« , lui a donné un stimulant d’adrénaline extra. D’ailleurs il n’a jamais fait aucune cambriole ou fait d’autres choses défendues. Une règle pas écrite dans le monde de la photographie Urbex est donc alors: « Take nothing but pictures, leave nothing but footprints ».

Guillaume Adrien d’Orange-Nassau (1632-1705), petit-fils du Prince Maurits et conte de Nassau-Odijk, était le premier baron de Zeist et bâtissait le château avec jardin d’agreement, architecte Daniel Marot, dans le style du Classicisme Hollandais, d’après Palladio. Allait à la Communauté des Frères Évangéliques ou Hernhutters. Ils bâtissaient sur le terrain en face une aile pour les soeurs et une pour les frères. Le tout état loué systématiquement de 1808 jusqu’à 1880. Alors le Baron Huydecoper de Maarsseveen l’achetait et le restaurait dans le style Empire mais avec un jardin de paysage français. Occupé par des propriétaires et des locataires, il tombait en ruines et devenait prêt pour la démolition. La Commune de Zeist l’achetait, d’abord exclusivement pour des buts culturels, et elle en est toujours le propriétaire. Plus tard il était occupé par plusieurs bureaux et commissions. Confisqué par les Allemand à la Guerre Mondiale II, puis prison pour des prisonniers politiques et siège de la commission de divertissement Canadien. Il était restauré en 1957 sous la direction de Jan Ruys et renouvelé de nouveau en 1906. Apres ce nouvellement il était complètement rafraichi et adapté à la compréhension moderne de sécurité et adapté à l’usage contemporain.

Maintient c’st la famille Ruys qui le manage et il contient un restaurant, un théâtre et des évènements annuels.

 

Laat een reactie achter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*